samedi 25 septembre 2010

Réalisation de leurres souples - partie II : fonte de plastique, coulage et démoulage

Après avoir appliqué 2 couches de vernis dans la semaine, je passe aux choses sérieuses aujourd'hui. Je choisi des leurres souples usagés de couleur blanche.Je les fais fondre.Puis, je coule le liquide obtenu dans le moule.Quelques minutes plus tard, je démoule doucement, en faisant attention de ne pas déchirer le nouveau leurre obtenu (surtout au niveau de la queue).Et voilà le travail. Un petit défaut au niveau de la partie inférieure, dû au fait que celle-ci n'est pas restée collée lors de l'élaboration du moule.Voici ce que j'obtiens après corrections avec des ciseaux. Pas si mal pour une première fois...

dimanche 19 septembre 2010

Fabrication de leurres souples - Partie I : Réalisation d'un moule en plâtre résine

Depuis un petit moment, j'ai très envie de me mettre à la fabrication des leurres souples. Aujourd'hui, après avoir lu pas mal d'infos (merci au site bricoleurre), je décide de me lancer. Première chose à faire : réaliser un moule.
Pour une première fois, je décide d'utiliser du plâtre résine, moins honéreux que le RTV. On trouve ce plâtre dans les magasins de loisir créatif à environ 8 € le kg.C'est encore relativement cher. Aussi la prochaine fois, j'utiliserai du MAP qu'on trouve dans les magasins de bricolage et qui est suffisant pour réaliser de tels moules.
La 1ère étape consiste à réaliser une petite boite en bois, sans coller ni clouer les différentes parties, mais juste en les serrant, ce qui facilitera le démoulage, puis de disposer le leurre souple qui servira de modèle (le master). J'ai choisi un leurre à dos plat, car pour une première, je vais faire au plus simple c'est à dire un moule en une seule partie.La colle que j'ai utilisée (epoxy 5mn) n'a pas pris. Tant pis, je pense que le leurre restera quand même bien en place.
Ensuite je prépare mon plâtre. Je calcule aproximativement le volume qu'il me faut, sachant qu'il faut 1 vol d'eau pour 3 vol de plâtre. Ma boîte fait 20 cm de long par 8 de large et je compte 4 cm pour la hauteur (prévoir au moins 1 cm de plus que la hauteur du leurre). Pour être sûr d'avoir assez je prépare 750 ml de plâtre que je mélange avec 250 ml d'eau. Puis je coule lentement mon mélange dans la boîte, recouvrant complètement le leurre.La queue du leurre a bougé, elle a tendance à remonter à la surface. J'aurais dû bien coller le leurre (1ère erreur).
Environ 45 mn plus tard, je constate que le plâtre est dur. Alors je démoule.
J'enlève d'abord les rebords en bois.Puis je retourne le moule. Le leurre n'est pas resté collé complétement, ce qui fait qu'il est recouvert de plâtre vers la partie inférieure.Après avoir enlevé le plâtre en excès à l'aide d'une spatule, je retire le leurre souple et voilà ce que ça donne :Pas si mal. Il faudra voir si ce moule est fonctionnel. Ce sera l'objet d'une seconde partie, où je ferai fondre de vieux leurres souples que je coulerai ensuite dans le moule. Mais avant, il va falloir lui passer 3 couches de vernis pour qu'il puisse facilement se démouler.

jeudi 16 septembre 2010

Enfin des sandres bien actifs

Profitant d'une après midi de libre, je décide de me faire une petite session en barque sur la Seine.
Arrivé sur un 1er poste, je choisi un leurre souple assez voyant compte tenu de l'eau très teintée : one up shad coloris chartreuse). Je pique vite un sandre de 42 cm qui me met en confiance:Puis n'ayant plus de touche, je décide de tenter un autre poste. C'est à cet instant que mon moteur thermique décide me jouer un mauvais tour : la mannette de vitesse reste coincée au point mort. Impossible de passer la marche avant (ni arrière d'ailleurs). Je suis obligé de me déplacer au moteur electrique, ce qui me fait renoncer aux postes les plus éloignés. Je me rends alors sur une fosse de 9 m bien décelable au sondeur.
Les sandres sont là et ils sont mordeurs. J'en fais tout de suite un de 58 cm Puis un autre plus petit (47 cm)J'ai beaucoup de touches très proche du bateau avec une animation minimaliste. C'est presque de la verticale.
Je me régale !
Et cerise sur le gateau, après un beau combat démarré 9 m sous l'eau, je ramène un beau poisson de 80 cmAprès cette prise, le vent se durcit. Il souffle dans le même sens que le courant, ce qui rend l'amarrage de la barque très difficile. L'ancre a du mal à tenir et je suis obligé de revenir sans cesse me repositionner. Malgré ça je parviens à refaire un petit sandre (40 cm)
Puis ne pouvant plus rester positionné comme je le voudrais, j'essaye de pêcher en verticale. Mais je n'arrive pas à effectuer la bonne dérive et la barque descend trop vite.J'amarre alors le bateau tout près du bord, moins profond et où le courant est beaucoup plus faible. Mais je ne suis plus vraiment sur le poste. Je prends quand même une perche puis je décide d'essayer ailleurs. Je descends donc le courant sur un petit bras de Seine. La marée est très basse et je dois relever mes moteurs et le sondeur pour ne pas les endommager !
Le niveau est si bas que je renonce à continuer à descendre. Je ne peux qu'accoster et attendre la bascule. Environ 30 mn plus tard, la marée remonte et je peux repartir. Je tente un dernier poste, qui m'apportera un nouveau sandre (48 cm)Puis il est temps de rentrer, vue la faible vitesse avec le moteur electrique. Avec 6 sandres et 1 perche, je suis très content de ma session. Tout a été pris au one up shad chartreuse.
En arrivant à la maison, je découvre que mon fils aussi aime être photographié avec ses poissons :

dimanche 5 septembre 2010

Challenge rootsfishing de l'île Lacroix

Nouveau challenge rootsfishing en ce dimanche après midi. Cette fois ci la compétition se déroulait du bord, en street fishing à Rouen sur l'île Lacroix de 14h à 19h.
Nous étions 38 concurrents.
Les poissons les plus présents dans ce secteur sont l'ide mélanote, que l'on pêche au petit crank sur les bordures, la perche et le sandre. Le brochet est plus rare.
Après m'être essayé sur l'ide sans résultat, je me rends près de la pointe aval, à l'ancienne descente à bateau. Je décide alors de pêcher au leurre souple pour chercher le sandre. Vu l'encombrement du fond, je me mets tout de suite en montage texan.
Je descends encore quelques mètres et me retrouve à l'entrée du pont. Quelques lancers puis touche discrète. Je ferre de façon pas très appuyée puis je me rappelle que je suis en texan alors je referre 2 ou 3 fois.
Je ramène un sandre de 60 cm.Après ce poisson, le morale revient. Je persiste sous le pont, me déplaçant de quelques mètres de temps en temps.
Après quelques minutes d'animation, nouvelle tape très discrète : ferrage : loupé.
Je continue au même endroit et quelques instants plus tard j'ai une nouvelle touche, bien nette cette fois ci. Je ferre. Le poisson est au bout, je le monte à la surface, c'est un sandre et...il se décroche !!!
Après ça je n'aurais plus de touches de sandres. Je ferai quand même une petite perche (19 cm) sur la rive droite plus en amont.
je termine donc avec 79 pts, pas si mal car relativement peu de poissons ont été sortis.
En tout cas ce fut un après midi très sympa, dans une très bonne ambiance entre membres du forum et avec un temps superbe. A renouveller vite !!!

Street-fishing Roots de Rouen (septembre 2010)
envoyé par roots-fishing. - Foot, rugby, surf et encore plus de sports en vidéo.

vendredi 3 septembre 2010

Farioland

Plus de 2 mois que je n'avais pas pêché la truite.
La fermeture approchant à grand pas et les carnassiers en Seine étant assez boudeurs, je décide donc d'aller taquiner Dame Fario.
Je pêche en remontant la rivière, avec un rapala CD imitation truitelle fario (j'ai quasiment plus que ça en cette fin de saison).
Après un début laborieux, je me rends compte que les truites sont là, bien disposées à mordre.
Les prises s'enchainent régulièrement. Des poissons quasiment tous autour de 30 cm.






Un bon moment de pêche, avec un temps magnifique, ponctué par la prise de 11 farios sauvages.