samedi 10 août 2013

Graine de pêcheur

 
Cela faisait plusieurs jours que Léo me demandait de l'emmener pêcher en bateau. En bon papa que je suis, je ne pouvais pas lui refuser ça, d'autant qu'il était très motivé, persuadé qu'il allait me battre 7-0.
 
 
Je l'ai donc emmené 2 petites heures sur la Seine, bien que me doutant qu'il aurait beaucoup de mal à pêcher au leurre, du haut de ces 7 ans.
A notre arrivée sur un poste, on aperçoit un cheval se rafraichissant dans l'eau.
 
 
Mais place aux choses sérieuses : Léo se met à pêcher. Je choisis de lui faire pratiquer la verticale, que je pense plus facile pour lui. Je lui explique qu'il doit toujours tendre sa ligne et prendre contact avec le fond de temps en temps mais je constate, comme prévu que c'est loin d'être évident pour lui.
 
 
J'arrive à pêcher un peu (entre 2 accrochages de Léo) et je prends 2 sandres coup sur coup, ruinant le moral de Léo, qui s'était mis dans la tête de faire un concours et de me battre.
 
Quelques pointes de vitesse et quelques virages improvisés en bateau lui remettront toutefois le moral.
Il est ensuite temps de rentrer car maman risque de s'inquiéter ! 



Le lendemain, alors que nous faisons une session avec Cédric, nous faisons un petit break dans l'après midi afin de faire profiter des joies du bateau à nos enfants.
C'est d'abord au tour de nos garçons : Léo et Flavien (4 ans).


Puis ce sont nos filles : Charlotte (la fille de Cédric qui a 7 ans) et ma fille Manon (10 ans ).

 
Je pense que ça leur a beaucoup plu.
Pour la petite histoire, les poissons étaient bien mordeurs ce jour là. 
 
 
 
 
Et c'est sur un total de 24 poissons (dont une très grosse majorité de sandres) que nous terminerons cette belle session. 

mercredi 7 août 2013

De la pluie, du poisson et des émotions !

Grande journée pêche en ce mercredi. Je suis en vacances et j'en profite !
Je suis sur l'eau dès 7h30, ce qui est exceptionnel pour un anti-lève tôt comme moi !
Je commence rapidement par 2 perches et 1 jolie ide de 53 cm prise au chubby
 

Puis je me rends sur un poste à sandre. Le courant est fort mais je parviens quand même à m'ancrer.
Le ciel est sombre et la pluie se met à tomber
Très vite je prends un sandre (56 cm).




J'en rate ensuite quelques un puis je décide de pêcher autrement : en dérive au drop shot.


Et c'est payant : j'enchaîne ainsi sandres et perches.


Il pleut de plus en plus fort et je dois installer mon parapluie de pêche sur le bateau pour ne pas être trempé jusqu'aux os.
Je multiplie ainsi les dérives (je dois avoir une drôle d'allure !). Les sandres sont bien là et très mordeurs, ce qui me fait oublier cette pluie incessante.
En remontant le courant à l'électrique pour me replacer, la vue gênée par le parapluie, je m'aperçois tout d'un à coup que je fonce tout droit sur un pilonne. J'arrête le moteur mais le bateau a de l'erre et je  me précipite à l'avant pour éviter un choc du moteur électrique sur le pilonne.
Et c'est à ce moment là que se produit le drame : je glisse dans le bateau et fait tomber ma canne à drop shot dans l'eau. Je la vois, impuissant, couler vers le fond, entrainée par le poids du moulinet.
J'ai acheté cette canne (une Fox Rage terminator drop shot) il y a à peine un mois suite à la casse de ma Speedmaster (eh oui chez moi l'espérance de vie d'une canne est très limitée...).
Mais je ne peux me résoudre à cette perte.
Alors je tente désespérément de la repêcher en grattant le fond avec une grosse cuiller ondulante lestée d'une très grosse chevrotine. Mais c'est loin d'être gagné car il y a quand même 5 m de fond...
Sur l'écran du sondeur, je peux apercevoir ma canne, ce qui me fait reprendre espoir.
Après 3 ou 4 passages de l'ondulante, je sens que je ramène quelque chose. Je cesse de respirer et je vois mon ondulante ramener ma tresse !!!
Je n'ai alors plus qu'à tirer sur la tresse pour ramener la canne ! Ouf, quel soulagement !!!
Je récupère donc ma canne et me remets à pêcher. Mais la frénésie des sandres semble être passée.
La pluie cesse enfin et j'en profite pour manger afin de me remettre de mes émotions.
L'après midi sera plus calme, plutôt consacrée à la pêche des ides et des chevesnes sur les bordures.
D'abord une ide, tellement longiligne que j'ai d'abord cru à un chevesne


Puis un beau chub de 53 cm, après l'avoir repéré au milieu de branches immergées.
Il s'agit là de mon record de chevesne ! 

 
 
Puis encore une ide, avec un leurre souple woodloose d'Ilex (imitation d'insecte)
 
 
Je ferai aussi un petit chevesne et je raterai 3 sandres consécutifs en grattant au leurre souple sur un nouveau poste.
Il sera ensuite temps de rentrer à bon port après une session qui m'aura valu quelques émotions.

jeudi 1 août 2013

Coup du soir

Nouvelle session en Seine par ce premier jour d'août très chaud, pour ne pas dire caniculaire.
Je commence seul en milieu d'après midi, alors que le thermomètre affiche 35°C.
Après un essai infructueux sur un premier poste (dommage j'étais à l'ombre), je me rends sur un secteur avec plus de courant mais en plein soleil.
Mais heureusement, j'ai un parasol.
Et j'avoue que je suis surpris moi même de faire du poisson : d'abord une jolie perche puis 2 petits sandres.


Puis Cédric m'appelle pour me dire qu'il est arrivé.
je vais donc le chercher à la descente à bateau. Il a l'air bien motivé le garçon !


Nous nous rendons directement sur un poste à sandres que je me suis gardé de pêcher en son absence. J'y prends un premier sandre lors de mon premier lancer.
J'en prends ensuite 2 autres alors que Cédric, qui semble dans un mauvais jour, n'a pas débloqué son compteur.

 
Après cela, nous n'aurons plus de touches sur ce poste mais nous ferons encore quelques sandres et perches en grattant au LS un peu plus loin.
Puis ce sera essentiellement des pêches de bordures au petit PN, avec des poissons bien actifs en cette fin de journée d'été.
Perches, ides et chevesnes sont bien là !



Et, alors que je m'apprête à lancer mon leurre, j'entends Cédric crier : "arrête !". Je m'arrête dans mon élan et je constate que mon chubby est accroché à son oreille. Je n'ai pas eu le réflex de le photographier ainsi et c'est bien dommage car ce piercing à l'oreille lui allait merveilleusement bien !
Mais j'avoue que sur le moment je n'étais pas trop fier (et lui encore moins !) car je nous voyais finir aux urgences. Mais heureusement l'ardillon n'est pas rentré et je peux décrocher l'hameçon facilement.
Cédric est soulagé et retrouve le sourire.


Nous terminons alors cette belle soirée par encore quelques poissons sur les bordures, avec une température de plus en plus agréable.

 
Une session qui nous aura tout de même permis de mettre au sec une vingtaine de poissons, malgré une chaleur étouffante.